Logha, Iles Salomon, développement durable

...

Logha, Iles Salomon, développement durable

Le contexte : un environnement tropical exceptionnel

Les frères et les soeurs dominicains possèdent la petite île de Logha, au large de la petite ville de Gizo, capitale de la Western Province dans les Iles Salomon (Pacifique Sud). L'ile dispose d'une flore remarquable : arbres et plantes tropicales, et d'un environnement préservé exceptionnel. 

Le projet : développer l'île de façon respectueuse

Les frères souhaiteraient développer l'île de façon respectueuse de l'environnement, en harmonie avec les communautés locales. Le projet comporte notamment :

1. La construction d'un centre de conférence avec hébergement, sur les hauts de l'île. Il sera mis au service de l'Eglise locale (sessions, retraites) et du gouvernement local (salles de réunions pour séminaires). Le bâtiment devra s'intégrer au mieux au paysage, il sera bâti avec des matériaux locaux (bois de teck poussant sur l'île) selon les techniques et l'architecture traditionnelles pour cette partie du pays.

2. Le développement d'une ferme écologique (permaculture). Suite au passage d'un précédent volontaire, les frères et soeurs cultivent sur l'île, selon les principes de la permaculture, un vaste potager. Celui-ci demande à être développé et amélioré. La présence d'une source sur l'île permettrait d'optimiser l'irrigation.

3. Le développement d'une plantation d'arbres. La déforestation massive est un grand problème aux Iles Salomon. Cetaines essences précieuses ont déjà presque disparu. Les frères ont débuté une plantation d'arbres (tecks...) pour subvenir aux besoins de construction sur l'île, et pour préserver les espèces menacées. Un parcours botanique pédagogique pourrait être aménagé dans cette forêt.

4. La  gestion des ressources en eau et du potentiel de génération d'électricité renouvelable (solaire, éolien). Une étude est à mener sur ce point.

5. La gestion de la ferme (cochons, poules) pour la consommation et la vente. 

6. Le nettoyage des mangroves et le développement d'une culture de coquillages.

Les besoins/compétences requises

Gestion de projet - pour développer en concertation avec les frères et les soeurs et les communautés locales (Eglise, gouvernement, populations) un plan de développement intégré. Il ne s'agit pas de faire "à la place" des communautés, mais de prendre le temps d'écouter leurs besoins, leur savoir-faire traditionnel dans la gestion des ressources, et leurs rêves. A partir de cela, aider, pas à pas, à mettre en perspective les données, et établir un plan progressif pour développer les différents secteurs. Le développement implique également la recherche des moyens humains et financiers pour mettre en oeuvre le projet, en lien avec les partenaires publics (gouvernement local et central, Banque mondiale, Union européenne) et les partenaires privés (banques, entreprises locales)

Développement agricole/Ecologie - Ces compétences sont utiles pour la mise en oeuvre du volet agricole, forestier et écologique du développement de l'île. Des compétences plus spécialisées en gestion forestière, gestion des eaux, gestion de ressources maritimes, énergie solaire et éolienne sont aussi utiles

Architecture/Ingénieur BTP/Paysagiste - Ces compétences sont bienvenues pour la conception du centre de conférence (études de terrain, plans, réalisation) et/ou de parcours botanique, ainsi que de la cohérence globale des différentes implantations sur l'île

Les Dominicains sur l'île de Logha

L'île de Logha appartient aux frères, qui y sont présents depuis 50 ans. Ils ont activement participé à l'évnagélisation de la province occidentale des Iles Salomon (diocèse de Gizo), suite à la première vague d'évangélisation des Maristes français.

Les frères et les soeurs dominicains disposent chacuns d'une communauté sur l'île (4 frères et 3 soeurs), à quelques mètres de distance. Ils prient deux fois par jours dans la même église (office et eucharistie) avec les quelques autres habitants de l'île qui collaborent avec eux à son entretien (ferme, forêt, potager...) Au total, une vingtaine de personnes habitent de façon permanente sur Logha. Les soeurs animent en outre un petit centre de formation professionnelle pour femmes, où celles-ci apprennent la couture, l'agriculture etc. Les frères desservent les églises et communautés chrétiennes se trouvant sur d'autres îles de la région. Logha fut pendant longtemps le noviciat commun des frères et des soeurs dominicains. 

L'intérêt du poste et le profil du candidat

L'île de Logha offre un cadre exceptionnel pour la mission : la présence d'une communauté de frères et de soeurs accueillante, la beauté de l'île et du lagon qui l'entoure, la richesse des ressources naturelles. Les besoins sont grands, et les projets ambitieux. Des volontaires d'Irlande et de Nouvelle-Zélande ont déjà été accueillis sur l'île (six mois ou un an).

L'isolement relatif de Logha (à 10 minutes en bateau de l'aéroport de Gizo, desservi quotidiennement par des vols pour Honiara, la capitale, à une heure d'avion) demande au volontaire de pouvoir être confronté à la solitude. La diversité des tâches nécessite un esprit d'adaptation et d'ouverture, un sens pratique et une curiosité. La patience et la flexibilité sont requis, pour entrer progressivement dans un univers culturel très différent du monde occidental : la notion du temps, de la famille, les codes sociaux, le rapport à Dieu... tout est différent. Mais les habitants des Iles Salomon sont toujours très désireux de faire partager leur culture, et très heureux d'accueillir des volontaires venus de l'autre bout du monde avec leurs expériences et compétences.

La langue

Une très bonne maîtrise de l'anglais s'impose. Le volontaire devra également apprendre le Pijin, langue locale à base d'anglais, qui est la langue la plus souvent utilisée, à côté des très nombreuses langues locales.